EXCURSIONS PÉDESTRES OU À DOS D'ÂNE POUR TOUT ÂGE

Vous aimez la nature mais pas trop marcher? vous aimez les deux? Donkey Cruise vous propose:

  • D'avoir l'unique expérience de monter sur un âne
  • De marcher sur des chemins à travers champs , oliveraies et forêts de pins,
  • De voir des biches "dama dama" au détour d'un sentier
  • De visiter des chapelles et connaitre leur histoire ainsi que celle de la région,
  • De pique- niquer dans un endroit magique accompagné du bruit  des eaux et des oiseaux près du moulin à eau.
  • De vous laisser masser les jambes par le courant du ruisseau,
  • De marcher les pieds dans l'eau et observer l'écosystème du cours d'eau,
  • De prendre de très belles photos du paysage, du ruisseau du château et du village Asklipio,
  • De visiter la vieille église classée datant de 1060, de son musée et une maison traditionnelle


UNE EXPERIENCE POUR TOUS LES ÂGES A NE PAS RÂTER !!!!

1ère excursion:  Chapèle Arosali (    Approximativement 2 heures.Halte d'une demie heure comprise avec snack.)

Prix: 20 euros par âne et 10 euros par personne à pied.
 2nde  excursion:    vieux moulin-cours d'eau.
       Approximativement 3 heures trente ( pique-nique inclus. )

Prix: 40 euros par âne et 20 euros par personne à pied.

La visite du village et du musée se fait après entente.







Petite histoire et anecdotes sur les moulins à eau de Rhodes.
À la fin des années 40, les surfaces cultivées étaient de 30% sur la totalité de la surface des îles du Dodécanèse. Les cultivateurs avaient une préférence pour les céréales. Par conséquent les infrastructures pour le traitement des grains étaient nombreuses parmi les installations préindustrielles du secteur secondaire  sur les îles agricoles.

Le fonctionnement des moulins à eau pour moudre les grains pendant la période hivernale avec des pluies abondantes et de riches courants d’eau complétait celui des moulins à vent pendant la période estivale avec les vents forts.

Cependant, l’utilisation des machines à moudre les céréales est en déclin pendant la première moitié
du XXème siècle à cause de la politique économique d’industrialisation établie sous l’occupation italienne.*(1)
Le résultat de cette politique a été l’ émigration d’un grand nombre d’insulaires vers des pays étrangers (Australie et Amérique surtout)  qui a culminé  dans les années 50.
Les moulins à eau ont arrêté leur fonctionnement aussi à cause des nouvelles technologies et de la nouvelle politique des îles. L’eau courante a été utilisée pour d’autres besoins entre autre pour l’approvisionnement en eau des foyers.

Notre moulin (là où l’on pique-nique) se trouve dans la région « Tricolo »qui en italien veut dire 3 cols.Elle se trouve à 3km du village d’Asklipio, pas loin des villages Laerma et Lardos.
C’est une région riche en faune et flore grâce à ses sources.Certains de ses ruisseaux ont de l’eau toute l’année et hébergent le « Gizani »(petit poisson rhodien en voie de disparition), des tortues terrestres, des crabes, des grenouilles et même des anguilles.
Nous n’avons pas la date exacte de sa construction mais il est estimé être construit au début du XVIII ème siècle.

Les gens venaient des villages Asklipio et Lardos en suivant le chemin pavé pour moudre leur blé chargé sur des ânes.Le premier propriétaire voulait exporter sa farine mais alors qu’elle était stockée au port de Rhodes en attendant le bateau,un grand  orage inattendu lui a fait perdre toute la farine! Il s’est retrouvé ruiné et a été obligé de le  « céder à l’Église » dans l’espoir de le récupérer un jour.*(2)

Mon grand-père l’a racheté  à l’église en rentrant des Etats-Unis en 1929 pour fonder une famille à Asklipio. Il l’a fait fonctionner jusqu’en 1949, période où tous les villages se vidaient vers l’étranger ou la ville de Rhodes.
Abandonné pendant plus de 69 ans, on ne peut voir aujourd’hui que l’aqueduc, le bassin où était récolté l’eau, la ruine de la bâtisse avec le petit arc de passage des eaux. Dans la même région, il y en avait encore deux autres moulins mais moins grands.
II  est caractérisé comme deuxième plus grand du Dodécanèse

C’est dans le cadre de ce cadeau naturel  offert par mon grand-père que l’on peut se rafraichir  se reposer ou se recueillir et découvrir une « autre » Rhodes.

Un peu d'histoire

1- le Dodécanèse n'est connu sous ce nom que depuis 1908 date à laquelle les douze îles décidèrent de s'unir pour lutter contre la domination ottomane . En 1911, l’Italie engage une guerre contre la Turquie et acquiert le Dodécanèse. Après que la nouvelle Italie eut déclaré la guerre à l’Allemagne en octobre 1943, le Dodécanèse devint le théâtre d'opérations  où Italiens et Grecs combattirent parfois ensemble contre les Allemands . Les Italiens s'en retirèrent en octobre 1944 et l’archipel obtint son rattachement à la mère patrie en 1947.

  2- Il était très courant que les gens endettés qui craignaient que leurs biens soient confisqués par l’occupant, les « faisaient garder »par l’église pour qu’ils ne passent pas aux mains ennemis. Ainsi l’église, hormis les dons des croyants, s’est retrouvée avec un grand nombre de biens qu’elle a dû soit gérer soit revendre…

 Connaitre aussi le petit poisson rhodien "gizani" :
http://philippe-burnel.fr/Divers/gizani.html
http://www.arkive.org/gizani/ladigesocypris-ghigii/





 .